Skip to content

« Uber Eats, Deliveroo, Stuart … Les plateformes doivent négocier ! Ma lettre ouverte aux dirigeants »

Face aux mutations qui affectent le marché du travail, nous avons promis aux Français de créer de nouveaux droits et de nouvelles protections attachées aux individus et non à leurs statuts.

C’est pourquoi, je me suis intéressé à la situation de ces travailleurs ubérisés dont le statut fait l’objet de discussion législative, juridiques et de revendications.

Ils sont de plus en plus nombreux dans nos rues, devant nos restaurants, et souvent en vélo, parfois en scooter, ils livrent à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Or, si nous nous lançons dans la bataille mondiale des compétences en transformant l’apprentissage, si nous taxons les contrats courts, nous ne pouvons pas ignorer leur réalité, leurs difficultés et leurs demandes. Face à ces demandes, la loi ne peut pas tout.

Ils ont donc exprimé ces réclamations en publiant une base de revendications mais se retrouvent face à un mur de silence puisqu’aucune plateforme n’accepte de négocier.

Cette situation n’est pas acceptable. C’est pourquoi j’ai écrit un courrier aux plateformes pour qu’elles rencontrent tous ces indépendants qui s’organisent pour trouver des solutions qui conviennent à tous.

RECEVEZ LA NEWSLETTER MENSUELLE

Sur les réseaux sociaux

Permanence parlementaire

11 place de France
86 000 Poitiers

Sur rendez-vous

Téléphone : 05 49 00 36 90

contact@sachahoulie.fr

Scroll To Top