Voir et Entendre

C’était un après-midi en permanence comme les autres. Les rendez-vous étaient pris, les personnes se succéderaient avec leurs demandes, sollicitations. En bref, le travail traditionnel d’un député d’une circonscription d’un département rural.

 

Et puis sont arrivés des manifestants. Gilets Jaunes vêtus et ils ont demandé à être reçus. Avec leur colère, leur ras-le-bol, leur volonté d’être enfin entendus. Alors l’agenda a changé.

 

Deux heures durant, j’ai souhaité les écouter. Ces personnes qui ont du mal à se déplacer, à remplir leur réservoir ou leur frigo. J’ai voulu leur répondre aussi pour réparer des inexactitudes : non nous n’allons pas réduire les pensions de réversion, non l’assurance chômage ne disparaîtra pas (bien au contraire, elle sera étendue), oui les cantines et les restaurants d’entreprise devront se fournir à 50% chez des producteurs locaux … Pour beaucoup d’entre eux, ce fut aussi l’occasion de parler de situations de vie personnelles : pourquoi n’ont ils pas le droit à un logement social ? À une formation professionnelle ? À être accompagné. Au final, ce sont d’autres rendez vous qui sont pris en permanence pour traiter ces difficultés et apporter des réponses.

 

Devant témoins, j’ai aussi rappelé les engagements pris à l’occasion de la campagne, sur la CSG (le 10 décembre 2016 à la Porte de Versailles) pour organiser la solidarité générationnelle, sur l’ISF -(maintenue sur les propriétés immobilières mais ôtée sur le capital social, pour favoriser non pas les riches mais ceux qui créent des entreprises dans les territoires ruraux et villes intermédiaires), sur les taxes sur la pollution et les mensonges de ceux qui nous ont précédés.

 

Enfin, j’ai apprécié que les manifestants viennent solliciter « leur représentant ». Peut être pour demander certaines choses auxquelles je ne saurais souscrire (la démission du président), mais surtout pour nous demander d’entendre. Je fais parti de ces députés qui souhaitent qu’on associe syndicats, associations et élus (tous les élus – parlementaires et locaux) en vue de la recherche de solutions supplémentaires. La réconciliation et l’union nationale est à ce prix.

 

 

 

 

 

 

 

RECEVEZ LA NEWSLETTER MENSUELLE

Sur les réseaux sociaux

Permanence parlementaire

11 place de France
86 000 Poitiers

Sur rendez-vous

Téléphone : 05 49 00 36 90

contact@sachahoulie.fr