Question à la Garde des Sceaux sur le mouvement social dans les prisons françaises

A l’occasion de la séance des Questions au Gouvernement, j’ai interrogé la Garde des Sceaux quant aux objectifs et aux mesures prises par l’exécutif pour transformer en profondeur notre système pénitentiaire.

 

«Ma question s’adresse à Madame la Garde des Sceaux, Ministre de la Justice.

Madame la Ministre, avant tout propos, permettez-moi, au nom de l’ensemble de mes collègues d’exprimer notre solidarité avec les agents de l’administration pénitentiaire, victimes ces derniers jours de violences inacceptables.

Le 6 novembre dernier, de nombreux parlementaires se sont rendus dans les lieux de privation de liberté. Loin de les découvrir, ils ont constaté les graves difficultés à l’origine du mouvement social actuel :

– la surpopulation carcérale est un fait depuis trop longtemps dénoncé,

– la vétusté des ouvrages et des équipements est également à déplorer,

– le manque d’attractivité des métiers de la pénitentiaire est si patent que seuls 30% des postes ouverts sont pourvus,

– le nombre et la dangerosité de détenus radicalisés est si important que l’isolement ne suffit pas à les neutraliser ; j’en parle en connaissance de cause pour avoir recueilli, à Vivonne, les témoignages des surveillants de Merah.

 

Ces réalités nous ont guidé lorsque nous avons voté l’augmentation de 3,9 % du budget de votre Ministère.

Cet effort, nous le savions, n’était qu’une première étape pour rattraper les retards causés par de trop nombreuses années d’inaction.

Aux centrales syndicales, vous avez présenté de nombreuses propositions. La majorité les soutient. Il s’agit :

– de créer, en 4 ans, 1.100 emplois supplémentaires pour mieux encadrer ou se renseigner sur les détenus,

– de renforcer et renouveler l’équipement des agents,

– de permettre la création, sous deux mois, d’un nouveau régime de détention pour l’évaluation des détenus radicalisés.

 

Vous venez de nous informer de l’état de vos négociations s’agissant des réclamations indemnitaires.

En dépit de ces avancées, croire résoudre cette crise en un claquement de doigt est illusoire. Vous avez ouvert des chantiers de la Justice. L’un d’entre eux est consacré au sens et à l’efficacité des peines.

En conséquence, je vous serai reconnaissant d’aviser la représentation nationale des objectifs de l’exécutif à savoir :

– Si vous envisagez que les 15.000 places de prison supplémentaires débouchent sur la construction de centre de détention à taille humaine, facilitant le traitement des détenus violents et leur dé radicalisation,

– Si vous prévoyez de recourir plus fortement aux peines alternatives à l’incarcération pour en sortir les détenus qui n’y ont pas leur place, eu égard à la nature des délits qu’ils ont commis.»

 

Voir la vidéo dans son intégralité sur le site de l’Assemblée nationale

 

RECEVEZ LA NEWSLETTER MENSUELLE

Sur les réseaux sociaux

Permanence parlementaire

11 place de France
86 000 Poitiers

Sur rendez-vous

Téléphone : 05 49 00 36 90

contact@sachahoulie.fr